Portrait enfant panasonic GM1

Pansonic GM1 : Pourquoi j’ai acheté un appareil de 2013 en 2022

Acheter un appareil d’occasion sorti en 2013 en 2022 : une mauvaise idée ? Pas si sûr : Comme vous avez peut-être pu déjà le voir sur le blog, j’ai la chance d’avoir pu investir dans un Canon EOS 6D d’occasion en février 2015. C’est un appareil Full Frame. À sa sortie, niveau capteur il était vraiment bon en basse lumière (surtout pour un Canon).

Même après 100.000 déclenchements et ses parties « grip » en caoutchouc se décollent, il fonctionne toujours très bien.

Le problème c’est qu’en septembre 2019, une échelle s’est dérobée sous mes pieds et je me suis cassé une vertèbre. Porter mon sac photo rempli de matos était parfois devenu trop. Puis, de manière générale, quand je sors avec les enfants, je n’ai pas tout le temps l’envie ni la possibilité de m’encombrer d’un appareil aussi volumineux. Eh oui ! Je prends souvent vestes, pulls, gourdes, goûter et tout le tralala en plus de mon appareil.

En plus du reste, le gros boîtier de 770g et le 35mm (665g), le 85mm (425g) ou, pire le 135mm f/2 (750g), ça commençait à bien faire.

Même si j’adore le rendu des photos du 6D, j’ai commencé à avoir la flemme prendre mon appareil avec moi. Qui dit flemme, dit occasions photo manquées. De plus, l’autofocus autofocus fait un peu des siennes, surtout à grande ouverture.

Résultat : je me retrouve trop souvent avec des photos légèrement floues. Il faut avouer que c’est idiot d’avoir un super appareil, des supers objectifs pour rater une photo sur deux. Surtout que c’est souvent celles avec les meilleure expressions qui sont ratées. Hélas, la loi de la vexation universelle continue d’exercer son courroux même dans mes délires photographiques. 😉

Le premier portrait réalisé avec le GM1 et le 45mm f/1.8 : Emrys à la sortie de l’école.

Je me suis donc mis à chercher une solution pour reprendre mon pied photographique et pour pouvoir facilement reprendre un appareil photo partout avec moi comme je le faisais « avant ».

Pour ce qui est de l’autofocus, ça fait vraiment longtemps que je voulais passer au Mirrorless, mais changer de marque est trop dur pour moi. J’ai passé pas mal de temps à trouver de bons objectifs Canon d’occase. Pourquoi changer de marque si je suis content de mes objectifs EF qui sont totalement compatibles avec un adaptateur sur les nouveaux EOS R. Revendre tout pour passer au Full Frame Sony n’était pas vraiment une bonne solution. Le prix des objectifs Sony est encore supérieur en occasion. Le plus logique était donc d’upgrader vers un EOS R (ou EOS R6) avec un adaptateur pour mes objectifs actuels. Je n’ai ni l’envie, ni le budget d’acheter de nouveaux objectifs en monture RF. Surtout que mes objectifs actuels font bien l’affaire. Le problème de tout ça, c’est que : « Qui dit full frame récent, dit lourd et vachement cher (même d’occase un EOS R d’occasion tourne autour des 1300€).

J’ai donc passé pas mal de temps sur 2ememain.be (l’équivalent belge du boncoin) et sur Facebook Marketplace.

Par ailleurs j’ai toujours trouvé que le Micro 4/3 était une solution intéressante car le capteur est assez grand pour avoir un bon petit flou d’arrière-plan tout en permettant de construire des objectifs vraiment légers et minuscules. La seule contrainte est d’utiliser des focales fixes, ce que j’affectionne déjà avec mon 6D. Même si ces derniers temps, par souci de facilité, de polyvalence et de compacité, je prends mon Tamron 28-75 2.8. Il a l’avantage d’être tout en plastique donc, d’être léger. Puis, il ne fait pas trop « J’ai du matos pro : venez me le voler ! ». C’est un objectif qui cache bien son jeu. Je l’accompagne souvent de mon 135mm f/2 si j’ai besoin d’un téléobjectif. C’est un peu la preuve que je commençais à lâcher prise sur les ouvertures plus grandes que f/2,8.

La peur de perdre la très faible profondeur de champ et le super bokeh que cela donne avec un capteur me retenait juste encore un peu de passer au Micro 4/3.

Mais plus j’y réfléchissais plus il était clair qu’en choisissant bien mes focales fixes, le micro 4/3 donnerait aussi un bokeh « suffisant » avec l’avantage de me garantir des visages plus nets puisque la profondeur de champ est légèrement plus grande même à pleine ouverture. J’ai regardé beaucoup de photos de portrait prises avec ce système et je trouvais à chaque fois qu’elles avaient juste le bon dosage netteté/flou d’arrière plan. V’la t’y pas que mes goûts commençaient à évoluer : je commençais enfin à lâcher prise sur le sacro-saint Full Frame !

L’idée de devoir racheter un boiter et des objectifs me décourage d’abord un peu. Mais je reste actif sur les sites d’occasion. (Secrètement, j’avoue que j’aime trainer sur les sites d’occase, LOL !)

Puis je tombe sur ce petit GM1 à 50€.

Là, c’était clair, le l’investissement était vraiment minimal et je pourrai sans doute le revendre au même prix si ça ne me convenait pas.

Il a la particularité d’être le plus petits boîtiers micro 4/3 jamais construits. Certaines personnes le recherchent d’ailleurs pour ça. Je vous avoue que j’aurais voulu trouver un GM5 d’occasion car il a un viseur et une griffe flash. Il est malheureusement vraiment introuvable et quand il se pointe sur le marché de l’occase c’est souvent à des prix délirants pour un boîtier de 2015. Je lorgnais aussi sur un GX80 qui est un peu plus grand et lourd mais il se vendait encore assez cher. Et la personne avec qui j’aurais pu faire une très bonne affaire n’a pas pour finir pas répondu. 🙁

Revenons au GM1 : 50€ à moins de 300g avec batterie et carte mémoire. De quoi me composer un petit kit à 2 ou 3 focales fixes pour 500 au total. Un peu plus que le poids de mon 85mm Canon.

Le rêve pour le fanatique de photo comme moi : la possibilité d’avoir un petit boîtier toujours disponible.

En tout cas, je savais exactement quels objectifs je voulais :

  • Le tout petit Olympus 45mm f/1.8.
    • avoir accès à un bon flou d’arrière plan pour remplacer mon 85mm
  • Un 25mm 1.7 comme focale standard
    • Pour finir j’ai trouvé un Panasonic 20mm f/1.7 car il est encore plus compact et je ne regrette franchement pas mon choix. J’était adepte du 35mm en full frame et je trouve qu’un équivalent 40mm est le bon juste milieu entre 35 et 50mm.
  • Un grand angle type 17mm 1.7
    • mais puisque j’ai choisi le 20mm, j’ai trouvé un Olympus 12mm f/2 vraiment peu cher (il était un peu endommagé mais selon moi c’est facilement réparable)

Honnêtement, je ne pense pas vraiment avoir besoin de plus. Avec un grand angle, une focale standard et un petit télé, j’ai tout ce dont j’ai besoin. Mais finalement, je vais sans doute encore pencher pour un objectif 60mm macro d’occasion dans les jours qui viennent car j’ai toujours voulu en avoir un et je n’en ai pas pour full frame non plus.

Après de longues hésitations et par manque de temps en soirée, j’ai fini par acheter les objectifs d’occasion en ligne chez PhotoGalerie pour 159€ et 179€ respectivement. C’est quasiment le même prix que de les acheter chez un particulier et j’ai une garantie d’un an en plus. Le tout sans devoir perdre du temps à me déplacer et à gaspiller de l’essence dans des trajets parfois longs.

Au final, pour 388€ j’ai deux petits objectifs super performants et un boîtier très fun à utiliser.

C’est clair que ce n’est pas un boîtier hyper pro et que si je prends vraiment goût au micro 4/3, je devrai peut-être revendre un de mes objectifs Canon pour financer un meilleur boîtier. Mais je n’en suis pas encore là. 😉

Peut-être même que je revendrai tout mon matos full frame… qui sait ?

Mais bon ce GM1 qu’en est-il ?

Les plus :

  • Il est léger et tout petit
  • L’autofocus est tout à fait correct
    • je ne m’attends pas à des miracles non plus, mais une fois que le point est fait c’est généralement plus précis qu’avec mon 6D.
  • Ce petit boîtier est vraiment plus fun à utiliser que ce que je ne pensais
  • L’autofocus fonctionne en mode continu en vidéo ! (ce que mon 6D ne permettait pas)
  • Il est très facile à utiliser
    • J’ai tout configuré dans les menus avant même d’avoir des objectifs pour faire des photos
    • Pas besoin de manuel
  • Au final, la seule molette rotative me permet de me débrouiller en mode A et S
    • il faut juste m’habituer à ne pas pousser dessus sinon j’arrive sans le vouloir dans le mode compensation d’expo ou balance des blancs

Les pojnts négatifs :

  • Comme il est tout petit, la prise en main n’est pas hyper top
    • J’ai pallié ma peur de le faire tomber par terre avec une petite dragonne qui vient d’arriver aujourd’hui par la poste. Youpi !
  • Il n’y a pas deux molettes de contrôle : une pour l’ouverture et une pour le temps de pose
    • Mais bon, le mode A fonctionne très bien et je n’ai qu’à compenser l’exposition si je veux prendre le contrôle de mon exposition.
    • Ca change du mode M que j’utilisais tout le temps sur mon 6D.
  • Contrairement au GM5 que je cherchais à la base celui-ci n’a pas de viseur
  • Il n’a pas d’écran orientable
    • Vu la taille, je ne sais pas comment ils auraient fait pour en mettre un.
  • Pas de griffe flash, donc pas de strobisme possible
    • j’avoue que ça c’est vraiment ce qui m’embête le plus. S’il avait eu une griffe flash, j’aurais pu faire quasiment tout ce que je voulais avec.
  • La synchro du flash interne est à 1/50s
    • oui vous avez bien lu : c’est hyper lent ! Tellement qu’il faut beaucoup fermer l’ouverture en journée pour ne pas cramer les photos ou avoir un filtre ND

Vu le prix et ce que je lui demande pour l’instant, ses petits défauts se font vite oublier.

Quand je vois la qualité des images que ce petit boîtier peut donner, pour le prix en occasion, je suis vraiment bluffé !

Avec de la bonne lumière je peux arriver à d’excellents résultats !

Les images sont nettes, contrastées et piquées.

Je n’ai jamais été un fanatique de résolution, donc ses 16 millions de pixels me suffisent amplement.

Honnêtement quand je vois ce qu’il y a moyen de faire avec ce boîtier, je me demande pourquoi Panasonic et OM Systems ne créent plus de mini appareils expert. Le même avec une griffe flash, un viseur, la stabilisation, un autofocus « 2022 » et une meilleure synchro un écran orientable et quelques molettes bien placées pour régler ouverture, temps de pose et ISO facilement et je signe tout de suite.

Alors, oui, ça existe peut être, c’est le GX9 ou même le OM-D E-M 5 mark 3… mais il ont quand-même l’air vachement plus grands et le prix n’est plus le même. 😉

Au final, je me rends compte que plus j’évolue en photo, moins mes besoins sont grands. Je peux me contenter de plus de profondeur de champ, donc moins de bokeh, tant que les photos me parlent et tant que j’ai un autofocus plus ou moins correct, je peux créer de chouettes images. Tout dépend de l’instant et de la la lumière disponible.

Au final, avoir un boîtier capable de faire des photos dans le noir ou dans des lumières toutes pourries ne me sert pas vraiment au quotidien. Avec le full frame, on paie vraiment cher en argent et en encombrement pour des fonctions de niche que l’on utilise pas toujours au quotidien. Le reste du temps un simple petit appareil comme celui-ci fait bien l’affaire ! Pas besoin d’une Ferrari pour aller faire ses courses non plus, hein. 😉

Je préfère me concentrer le côté artistique et sur les moments de plaisir à prendre des photos.

Je tiendrai cet article à jour pour vous tenir au courant si je suis toujours content des performances de ce petit boîtier.

J’espère que cet article vous aura plu et qu’il vous inspirera aussi à « vous contenter » de matos plus simple.

Et vous, quel boîtier avez-vous ? Quel est votre appareil photo de rêve ? Ou quel serait appareil photo parfait pour le quotidien ? Rdv dans les commentaires pour en discuter.

Martin Michiels
Martin Michiels

Fier et heureux « papatographe » de deux jeunes garçons, je vous aide à créer vos meilleurs souvenirs photo en famille. Sur mon blog, j’adore vous donner plein de conseils pour apprendre à photographier vos enfants ou ceux des autres au quotidien. ?